Article

Vie des Arts • Revue trimestrielle, numéro 221. Hiver 2010-2011 • Article de Christian Roy, historien et critique d’art • Page 77

MOSAÏQUES MNÉMONIQUES D’UN PLANISPHÈRE INTÉRIEUR

Histoire de vie 2 – PrototypeAlexandrieSouvenirs – 2007 à 2011 – Tondi 91cm – Acrylique sur toile

LISE FRADET

HISTOIRE DE VIE 2 — HISTOIRE DE VIE 3 : DE L’ABSTRACTION À LA FIGURATION
Georges Laoun opticien
4012 rue Saint-Denis
Montréal
Tél. : 514 844-1919
Du 25 octobre au 30 décembre 2010

Il fallait un opticien pour mettre enfin sous les yeux du public une oeuvre qui se construit patiemment loin des regards depuis trois décennies, en profondeur tel un iceberg. Cette grande part d’invisible caractérise les 34 tondi des séries Histoire de vie 2 et 3, dont 18 ont bénéficié d’une prolongation d’un mois de leur première exposition. Une monographie de l’artiste sur Histoire de vie 2 y était disponible, préfacée par Sherif Laoun, qui en avait partiellement financé l’auto-édition; épuisée dès la fin novembre, elle fut aussitôt réimprimée. Lise Fradet y explique par le menu sa démarche artistique très personnelle et franchement autobiographique, procédant directement de sa pratique et de son enseignement d’une psychologie des profondeurs à base de récits de vie. Sa quête intérieure structure en effet rigoureusement les étapes minutieuses de l’élaboration de longue haleine de ses trois séries. (Une première série de 9 toiles rectangulaires demande encore quelques années de travail.)

D’ABSTRACTION TRANSITOIRE EN FIGURATION ALÉATOIRE

Dans une progression de l’abstraction à la figuration, chaque toile ronde de 91 cm de diamètre est d’abord recouverte de moirures gestuelles multicolores, ensuite enfouies sous une légère couche de terre de Sienne. Elle peut alors rappeler certains tondi d’inspiration méditerranéenne de Françoise Sullivan – mais pas pour longtemps. Il ne s’agit encore que d’une base ¹, bientôt intégralement couverte d’un collage de fragments – déchirés et appliqués à l’aveugle – de photocopies de clichés significatifs pour l’artiste: de sa famille sur plusieurs générations dans Histoire de vie 2 et de son studio au fil des ans dans Histoire de vie 3. Une fois la surface saturée de ces copeaux de souvenirs, accolés au gré de nombreuses rotations dans l’obscurité convenant à la réceptivité intérieure, l’artiste dispose d’un prototype, dont la photocopie grand format sert à son tour de base aux différents tondi de la même série. Elle observe alors longuement les motifs émergeant à sa conscience parmi ce chaos apparent et leur attribue le sens de lignes de force de son évolution personnelle. Elle les met en évidence en cachant sous la peinture le reste de cette mosaïque, relégué à l’opaque arrière-plan de l’inconscient ou sous le voile rougeâtre du préconscient: abîme ou terreau d’où ils s’acheminent, éclats de miroir lisérés du blanc de la conscience, vers l’espace immaculé du mur environnant, qui en figure l’ouverture englobante. (Dans les conditions idéales d’une galerie, s’entend, dont s’écarte quelque peu un accrochage décoratif de lunetterie).

MICROCOSME ET MACROCOSME EN MIROIR

Chacun des tondi de Fradet est à la fois le miroir où l’artiste affronte (comme sur le fameux tondo de Caravage) le regard tourmenté de la Méduse, surgi des obscurs recès de sa psyché, et l’oculus du Panthéon de Rome, éclairant son espace central en l’ouvrant sur l’immensité apaisant des cieux. Il figure l’intégration du Soi qui fait son chemin du fond noir d’un chaos intérieur à l’éclat solaire du cosmos intérieur, qui n’est autre que celui de la conscience en pleine lumière, une fois réalisée en elle l’unité du microcosme et du macrocosme. Lise Fradet insiste sur ce symbolisme circulaire à double sens du tondo, invisible à l’oeil nu qu’il figure comme une pupille noire sur son fond terreux sous-jacent: écorce d’une planète vue en coupe, alors que l’envers éclatant de la toile ressort comme un disque solaire contre la bordure noire qui l’enserre: négatif d’un iris cosmique.

De même sur la toile visible, où la lumière brille par son absence (oblitération totale ou vague transparence), « l’accumulation de mes empreintes agonisantes dans l’espace porte ombrage au Soi comme la pollution fait écran au soleil. » Les énergies fossiles de vies passées se dégradent d’elles-mêmes en une ténébreuse entropie dans les deux cas – qui n’en font qu’un. C’est pourquoi l’artiste « propose de lever les yeux vers le ciel pour cultiver le soleil et capter son énergie », du même mouvement que le regard intérieur qui libère l’énergie du Soi du magma confus de sa diversité captive des abîmes. Les troubles de l’inconscient géologique appellent un recyclage psychique alimenté par l’énergie primordiale inépuisable qu’il procure à mesure, transmuant alchimiquement leur cercle vicieux en vertu du globe oculaire et de l’orbe solaire confondus.

Cette vertu thérapeutique opère obscurément, sans qu’il soit besoin pour l’observateur d’être initié aux correspondances invisibles ou encore moins aux résonances intimes qu’y projette l’artiste. Il suffit de laisser flotter sa conscience à la dérive dans l’espace matriciel intemporel de chaque tondo pour éprouver en son for intérieur ce travail du deuil et de l’enfantement, où les fragments de vie font signe vers l’espace englobant d’une totalité qui les réagence en silence pour leur donner sens.

Par Christian Roy

entrevue_suite11(1)

.

1. base : Christian Roy explique, au deuxième paragraphe de l’article, mon processus de création des séries Histoire de vie 2 et Histoire de vie 3. Avant de procéder au collage des fragments de papier (prototype), je prépare une base en recouvrant le support de plusieurs couches de peinture acrylique. Dans le cadre de Peinture et Inconscient, cette base doit être significative même si elle est invisible en finalité.

Dans Histoire de vie 2, la base est devenue significative en 2 étapes successives – voir les 2 photographies du même tondo plus bas.

• Le tondo de l’étape 2 est celui de l’en-tête du site Peinture et Inconscient •

Support significatif

Étape 1 : Base peu significative – 2007

Support significatif

     Étape 2 : Base significative – 2007

Support significatif

Précédant mon processus de création, structuré en trois phases distinctes, la toile blanche est enduite de plusieurs couches de peinture acrylique. Je m’assure ainsi d’un excellent support pour le collage des fragments de papiers. Dans le prototype Histoire de vie 2, ce fond, invisible en finalité, était peu significatif. Sa transformation a été réalisée en fonction de mes résonances intérieures. Étapes : peinture gestuelle, puis ajout de transparences dans les tons de terre de Sienne.

 

Liens/site: Histoire de vie 2 et 3

.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :